Parenthèse théatrale

Parenthèse dans ma vie familiale trépidante, une séance au théatre de mercredi pour aller voir – enfin – l’adaptation du petit chaperon rouge par Joël Pommerat.
C’est qu’il y a bien longtemps que j’avais suivi Joël – Auteur – dans toutes ses pièces écrites et produites au théatre de la main d’or. J’avais retenu qu’il avait souhaité reprendre le conte pour que sa fille s’intéresse à son art…il a bien fait.
Son adaptation est moderne et captivante. Accessible et pleine de réflexions sur les rapports enfant-parent-grand-parent.
Poétique mais jamais gnangnan.
L’idée de cette petite fille ‘qui s’ennuyait souvent parce que sa maman n’avait jamais le temps de s’occuper d’elle et qui jouait parfois…seule parce qu’elle n’avait pas de frère et soeur’…et qui demande un jour à sa mère d’aller voir sa grand mère ‘la maman de la maman de la petite fille qui était triste en plus d’être vieille’
Jusqu’à rencontrer le loup.
Un loup a la tête magnifique, sobre et calme en forêt, impatient et agressif chez la grand mère.
Les dialogues sont percutants, le ton est vif, les ombres font peur, l’agression plonge la salle dans le noir…
Miss Leïla est resté penchée en avant tout du long. En attente, en tension.
‘J’ai eu un peur quand même‘ m’a t-elle dit calmement en sortant…‘c’était bien !
Un moment fort pour nous deux, pris juste après un chocolat brulant :)

le_petit_chaperon_rouge_odeon_pommerat.jpg

La première du groupe ZUT ! à l’Européen

Ce matin, grâce à Isabelle, nous étions à l’Européen à l’aube à 11h00, au 1er rang pour assister participer au premier concert parisien du groupe ZUT ! pour son 10eme anniversaire.
Chipounette a donné le ton la première en se levant , Loulou a suivi en bondissant, quelques secondes après toute la salle était debout à taper dans les mains et à danser…Si il y avait de l’énergie ? A n’en pas douter, aussi bien sur la scène que dans la salle !
Et comme Zut est un groupe très fréquentable, nous avons retrouvé sur place des voisins de quartier, et puis, ça devient une habitude depuis Vincent Malone, une parisienne expatriée venue avec son neveu préféré !
Un concert à fréquenter même avec des tout petits, vous y serez bien accueillis.
Merci Zut, on a même continué dans le métro !

Journée du patrimoine à l’école des champions

Chez nous, les journées du patrimoine ont été celle du patrimoine ‘sportif’.
Hier nous avons passé l’après midi à l’Insep – ‘l’école des champions’, où plus petite j’allais régulièrement trainer dans les allées vertes au milieu des survêtements ambulants…
Miss Leïa a découvert les bâtiments en briques années 50, et la halle d’athlétisme Joseph Maigrot, dans laquelle elle a piqué des sprints chronométrés (!), avant d’aller admirer les GR et lutteurs en démonstration.
J’ai toujours aimé observer les athlètes en action, surtout en répétition, quand les gestes sont refaits, ratés, où l’effort se sent, où la motivation et la fatigue visibles…d’ailleurs c’était même affiché hier ‘le podium sent les pieds’ :)) ‘Maman, on peut aller retourner voir la GRS…encore !?’…

On y est retourné…

Mais d’hier je garderai surtout en image – le poster de cette gym fine et musculeuse couverte de magnésie et l’exposition ‘mode athlétique’ avec une Amélie Mauresmo habillée comme une reine dans une ‘robe raquette’.

Voilà, c’est fini…

Voilà, c’est fini…enfin presque.
On a quitté le vert d’Aix en Provence pour retrouver quelques jours le vert de Seine et Marne, profiter de mes nièces et de ma famille, retrouver des amies d’enfance, avant le grand saut de la rentrée…
Ici les cartables sont prêts, lavés et mis au complet depuis le mois dernier !
Une situation exceptionnelle, non ?! Au programme, sorties d’après midi et cinéma, avant un rendez vous J-1 à la librairie Imagigraphe pour la remise des prix du concours de dessins des éditions Nord-Sud

Caresser les dauphins

Caresser les dauphins, Miss Leïla en rêvait depuis très longtemps, elle qui plus tard veut être ‘Vétérinaire et flûtiste’.
Et c’était notre motivation première pour nous rendre au Marineland d’Antibes.
Car où cela serait il possible à son âge, sans aller au bout du monde et sans compétence marine ?
C’est donc avec une émotion immense qu’elle a revêtu un seyant costume de pêche, pour aller avec quelques autres dans l’eau, retrouver Milla, une jeune femelle de 3,5 ans et Alizé, beau mâle de 18 ans, tous les deux nés dans le parc.
Un moment qu’elle gardera en tête pendant de longues années comme un joli rêve réalisé…

Escapade au Marineland

Le Marineland d’Antibes, c’est le Disneyland de la côte d’azur. Parc zoologique, parc aquatique, parc d’attractions, il y en a pour tous les âges et presque tous les goûts.
On avait eu envie d’y aller sans être vraiment organisé pour arriver à l’ouverture, éviter les queues à l’entrée, etc…
Parce que la foule que vous apercevez n’est pas celle d’un grand match de foot : elle vient assister au spectacle des dauphins – spectaculaire –
Il y en avait autant au spectacle des otaries – joyeux – et à celui – grandiose – des orques.
Pourtant, l’immensité du parc et les horaires décalés des spectacles permettent facilement de tous les voir dans la journée, pour profiter au maximum de ces géants de la mer, à l’aise dans leur bassin et jouant (même) en dehors des spectacles.
Miss Leïa est même allée dans l’eau caresser un dauphin, bien encadrée, cela va de soi.
On en a vraiment pris plein les yeux avant de passer à l’aquasplash pour glisser sur des dizaines de toboggans différents – raffraichissants -!

‘Emporte moi’ exposition temporaire au musée Mac/val

Le musée contemporain Mac/Val à Vitry sur Seine propose régulièrement des expositions thématiques, intelligemment conçues et permettant de découvrir des oeuvres reconnues.
ça c’est mon point de vue d’adulte.
J’y suis allée en visite avec la classe de moyenne section de Chipounette juste avant les vacances. La visite s’articulait autour d’échanges et de questions sur l’exposition ‘Emporte moi’ – sur la force de l’amour (jusqu’au 9 septembre 2010) – , et de quelques oeuvres choisies dans le parcours.
1er arrêt devant une photo noir et blanc d’un homme pointant un arc tendu vers une femme retenant la flêche qui lui est destinée…en allégorie de Cupidon.
Question aux enfants – ‘vous connaissez des histoires où on tire des flêches ?’ Robin des Bois !! et Juju de mimer Robin des bois tout au long de la visite…
2e arrêt devant une représentation d’un Roméo et Juliette modernes, enlacés dans la mort sous un drap blanc glacé. Une oeuvre que j’ai trouvé aussi splendide que morbide, pour imager le concept de l’amour à mort peut être un peu…décalé pour des enfants de 4 ans ?
3e arrêt devant un enchevêtrement d’os, de restes de fourrure et de givre glacé, le tout faisant penser à la découverte d’un mamouth dans les glaces. Les enfants en font le tour attentivement, les filles remarquent ‘les diamants qui brillent’, les garçons les restes du dinosaure.
En fait, il s’agit d’un couple d’amoureux préhistorique, enchevêtrés pour toujours.
Question : ‘vous pensez qu’il s’agit d’un homme ou d’un animal ?’ ‘D’un ours !! les hommes ils sont pas aussi poilus !’…’Ben si il y a des papas qui ont pleins de poils partout quand même !’ ‘Vous pensez que les hommes préhistoriques avaient des enfants ?’ ‘NOOONNN !!!’ (réponse unanime des enfants)

La visite finit par une photo d’un couple amoureux réalisé par Pierre et Gilles, où après avoir détaillé chaque objet – les nuages roses, les lapins, les coeurs, les fleurs…- on fait comprendre aux enfants que trop d’éléments ‘sucrés’ peuvent devenir écoeurants…
Ouf, en partant, les enfants ne lèvent pas la tête vers le Casanova esthétique autant que suggestif, s’admirant dans la glace les fesses nues…

Les sucres d’orge de Moret sur Loing

Moret sur Loing, c’est un moulin majestueux planté au milieu de cascades, un vieux pont surplombant le passage de cygnes et de cols verts, une rivière calme auprès de laquelle il fait bon pique niquer.
Moret, c’est de la vieille histoire de France, de celle du moyen âge, et des tableaux de Manet ou de Pissaro qui aimaient se planter là, avec leurs pinceaux.
Et puis Moret, c’est le dernier bastion de fabrication de sucres d’orge, fabriqués artisanalement sans produits chimiques ni colorant aucun. Et ça, je peux vous dire que ça a drôlement retenu l’attention de Chipounette, reine des bombecs.
Pendant que Miss Leïa m’expliquait que plus tard, elle viendrait habiter ici et que chaque jour, elle se promènerait près de la rivière, ma Chipounette engloutissait ‘sa’ part de baton de sucre d’orge tout en louchant sur les autres. Et quand je lui ai demandé ‘Qu’est ce que tu as aimé ma Chipounette, aujourd’hui’ elle m’a dit ‘Tout’, signe que le lieu vaut le détour.
Et pour les mamans à têtes chercheuses, à Moret, il y a même Decoccinelle, qui propose les objets aussi beaux qu’originaux de Madame Mo, Linnamorata, l’atelier Lzc ou la Fiancée du Mékong…par exemple, c’est dire si l’endroit a bon goût…

Atelier Peinture Playtime

Chaque édition de Playtime est un évènement.
Evénement professionnel de l’univers enfants, prétexte à retrouver des amies, Lieu d’échanges et d’activités, Playtime c’est toujours l’occasion d’aller naviguer du coté du Parc Floral, et nettement tellement plus fréquentable l’été que l’hiver !
En janvier dernier, mes Mistinguettes avaient participé avec leur copine Louison à la boum de So Chic Kids.
Cette fois, c’est à un atelier peinture animé par Kati Fleury des Editions Nathan qu’elles ont écouté attentivement – pour Miss Leïa – avec enthousiasme et plein d’élan sur les doigts pour Chipounette, ses conseils pour les guider et les quelques éléments de culture qu’elle a pû leur prodiguer sur les 2 heures de l’atelier.
Ma chipounette est repartie trop fière de son autoportrait – ‘son double’ comme elle dit désormais !

Too Much

Un jour j’ai dit oui à ma Miss Leïla pour l’inscrire au conservatoire apprendre l’instrument de son choix (tout en pensant n’avoir aucune chance qu’elle ait une place).
Et je me suis fait avoir.
A cette heure, Miss Leïla finit sa 2e année d’apprentissage et que je vous dise franchement, c’est pas de la tarte.
Le conservatoire, c’est 3 heures par semaine exploités pour mener de front solfège, instrument et chorale, c’est à dire pour lesquels vous vous amusez en Allers-retours maison- école- conservatoire pour mener et ramener votre enfant sain et sauf chaque fois.
ça c’est pour une semaine ‘normale’, certains diraient en ‘basse saison’.
A certaines périodes de l’année qui vous sembleraient mornes sinon – on doit vous soupçonner de baigner un peu trop dans le temps libre – le conservatoire vous programme auditions, répétitions, examens oraux et examens écrits, le tout chaque fois sur de nouveaux créneaux horaires et en dehors des heures de cours déjà programmés, bien entendu.
Vous arrivez à tout concilier ?
Le professeur de musique – en toute complicité avec votre enfant, lui propose de répéter de nouveaux morceaux avec d’autres jeunes musiciens d’instruments différents, dans le but avoué de les mener rapidement vers une audition commune et publique, le tout sur un nouveau créneau horaire encore non prévu.
…Charge à vous de vous trouver des créneaux horaires de répétition, compatibles avec le professeur et les autres jeunes musiciens.
c’est à dire un vendredi soir ou un samedi matin, sur 2 week ends possibles seulement, là où vous aviez justement prévu de fêter l’anniversaire de la Miss.

Pour la journée de mercredi, j’ai comptabilisé :
cours de solfège
cours de flûte
2e répétition avec piano pour la première des auditions
répétition pour la chorale répétition de flûte avec une autre élève
concert de la chorale

Le conservatoire, un engagement ? Le conservatoire, une moyen d’oublier de ne rien faire ? Une méthode de marche forcée ? Un moratoire pour le conservatoire ?
Le conservatoire, c’est pas pour des loisirs.
Que je vous dise, que je ne pourrais pas suivre longtemps comme ça. …A coté, ma Miss est méga-archi-motivée pour faire mieux et plus encore l’année prochaine.

C’est pas comme ça que je pourrai passer plus de temps sur les blogs.