petite histoire de RASED

Tu sais maman dans la classe, Sama quand elle lit, elle lit comme ça : ‘le Papa-ye met-e un-e fromageu dans l’assietteu…’ tu comprends elle met des e partout alors que Papa par exemple, y en a pas, c’est pas normal !
et le maitre il lui dit rien, il lui dit juste que c’est bien.
C’est peut être parce qu’elle a un accent ?
Mais non, Sama elle a pas d’accent, mais quand elle lit elle fait comme ça et on lui dit rien.
C’est pas très grave de mettre des Eu…Peut être que le maitre veut l’encourager aussi.
Moi je crois qu’on devrait lui dire.
Mmmhh…tu sais pour dire quelque chose à quelqun il faut lui dire gentiment – pas en lui disant ‘tu ne fais comme il faut, c’est pas comme ça, moi je sais…’ parce que c’est possible qu’alors, Sama – ou n’importe qui – n’ait plus envie de lire devant tout le monde après peut être ?
…Ah…et ben tu sais, Sama, tous les jeudi il y a un animateur – qui vient la chercher dans la classe – pendant les cours – et qui l’emmène dans une grande salle tu vois comme une bibliothèque – avec un autre enfant – un garçon – et je ne sais pas ce qu’ils font, et après ils reviennent dans la classe.
Ah…
Et le maitre a dit que c’était mieux, avec Sama, que maintenant elle était plus gentille avec les autres enfants, pas comme avant. Mais je comprends pas pourquoi on l’emmène dans une salle ?
Et ben tu vois, c’est parce que il existe plusieurs méthodes pour apprendre…
Mais non, il en existe une seule !
Ben non. En fait, il existe une méthode qui marche avec beaucoup d’enfants et même les grands, c’est celle de la classe, mais pas avec tout le monde.
Et il y en a d’autres qui marchent mieux avec les autres.
Ah d’accord. Mais moi, celle de la classe elle marche très bien avec moi.
C’est vrai. Mais c’est bien qu’il y ait d’autres façons aussi.

…et moi, ce que j’aime, c’est quand c’est ma fille qui me raconte que le RASED, ça marche

(nota : bien sûr Sama est ici un nom d’emprunt)

A la clairefontaine en Concert

Bien malgré moi, j’accompagne et je pousse ma princesse Leïla à s’exercer à la flûte depuis la rentrée.
Malgré moi, parce que j’apprends à lire les notes en même temps qu’elle, et que je la suis plus que je ne la pousse – déjà.
Heureusement, depuis quelques mois, l’instrument s’accorde à peu près à la voix et s’exprime avec des sons entendables.
Ma princesse progresse et est arrivée à la fameuse mélodie d »A la Clairefontaine’…
Or donc, cette mélodie est prévue en duo d’instruments. Et Leïla a donc concocté avec sa copine-voisine Loulou de se produire devant un public de parents autour du célébrissime morceau.
Je pense qu’elles ont passé plus de temps à réaliser des tickets d’entrées gratuites qu’à répéter ensemble.
Toujours est il que lorsque regroupés dans la chambre de Loulou – nous parents – nous avons été convié à écouter religieusement nos filles – c’est à dire sans droit à faire de commentaires – on a quand même pû constater que leurs partitions ne s’accordaient pas.
L’une était en ‘Fa’ version clarinette et l’autre en ‘La’ version Flûte. Et elles jouaient ensemble la même partition, au lieu de compléter la mélodie…

Elles n’ont pas dû tout apprécié qu’on en fasse la remarque, et ont même menacé de ne plus nous distribuer d’entrées gratuites.
Comment dire ? ça ne m’aurait presque donné envie d’insister…mais elles avaient l’air trop motivées.
Quelque chose me dit qu’elles ne vont pas tarder à recommencer.
Leïla vient déjà d’en parler à son professeur tiens.

L’histoire de Lilas

Lilas était juste une marionnette à main – du moins pour moi.
Achetée au hasard d’un passage dans la Médina, il y a presque 2 ans, elle s’est installée dans la maison, discrètement.
Pourtant depuis, Lilas est devenu une célébrité, en tout cas à l’échelle de l’école de Leïla.
Parce que ma fille l’a amené régulièrement dans son cartable.
Pour la partager à la récrée de la cantine avec ses copines.
Parce que Lilas est faite en ‘vrais’ poils de chèvre angora.
Et qu’elle a l’air vivante, quand on la remue avec sa main dedans.
Et puis aussi que c’est tout doux, surtout quand on la fait glisser dans le cou.
A force de l’apporter – de la faire tourner entre chaque copine, ‘tout le monde’ s’est mis à la connaitre.
Si bien qu’un jour que Leïla pensant l’avoir perdu, faisait le tour des classes en demandant si quelqun avait vu ‘Lilas’, certains disaient ‘la peluche blanche’ ? ‘Celle qui est toute douce’ ? Même des CE2 ou des CM1, c’est dire si à l’école, on savait qui c’est.
En fait Lilas était tombée dans la doublure du manteau de Marion. Elle s’était cachée peut être ?
Leïla a même prété Lilas pour un soir ou deux à plusieurs copines.
Chez Marion, elle est allée dormir plusieurs fois.
Chez Marion, il y a un jeune chat. Un vrai.
Quand Calin – c’est le nom du vrai chat – a découvert Lilas – il l’a emporté avec lui dans un coin, lui a fait des calins, l’a léché attentivement, et puis s’est endormi contre elle.
Chaque fois que Manon reprenait Lilas dans son lit, Calin est venu la rechercher. Comme ça a duré toute la nuit, Manon n’a pas bien dormi.
Quand la maman de Marion m’a raconté ça, j’ai trouvé l’histoire trop mignonne. J’ai regardé Lilas différemment. Et j’ai pris conscience de l’importance que cet objet mascotte et transitionnel avait eu dans le groupe de copines de ma fille.
ET si j’offrais des Lilas à ses copines, peut être qu’elle perdrait toute son importance ? Du coup je n’ai pas osé le faire.

Le trésor des pirates

Tard hier soir, j’étais dans ma salle de bain à essayer de me rafraichir quand je me suis surprise à jouer la scène des Commitments d’Allan Parker , où Jimmy Rabitte, producteur du groupe s’interviewe, son pommeau de douche en micro :
le pommeau : ‘Alors qu’avez vous fait pour vos enfants ce week end ?
moi : ‘oh et bien c’était un week end plutôt festif, il y a avait la fête de l’école, une fête d’anniversaire pour Chipounette samedi et la fête d’anniversaire de ma Princesse le dimanche avec 10 copains (et son amoureux) à la maison.
le pommeau : Ah ? et qu’avez vous préparé ?
moi : ma foi, j’avais peu de temps devant moi, un grand projet à continuer de préparer, 2 partiels – angoissants – à passer pour le samedi.
Alors le soir j’ai juste préparé une chasse aux trésors autour d’épreuves réalisées par des équipes de pirates.
le pommeau : des épreuves ?
oui, deux équipes de pirates – déguisés – devaient s’affronter autour d’épreuves terribles, comme rouler le plus loin possible sur un ‘gymball boulet de canon géant’, gagner des duels au sabre à bulles, traverser la rivière au crocodile…
le pommeau :ouaouh ! et ça vous a pris combien de temps ?
moi : bah 2 heures pour préparer un vrai coffre à trésors, planquer des pièces en vrai or-chocolat dedans sous le canapé et faire la carte. j’ai découpé la carte et chaque équipe qui gagnait disposait d’un nouveau morceau.
Pour les épreuves, ça s’est fait un peu avec le matériel de bord.
le pommeau : et tout ça sans aide ?
moi : bah the Papa comme l’année dernière, il s’est trouvé une obligation professionnelle incontournable mais j’ai fais un SOS à une vraie copine pour m’assister à soigner les blessés au cas où, ravitailler les troupes, réconforter les malheureux, etc…
le pommeau : et les enfants ?
moi : ben ils avaient l’air ravis ! surtout pour la Pignata en forme de coffre à trésor rempli de pistolets à eau…en 10 mns, j’en ai eu plein la maison…de l’eau…il faisait tellement  »chaud, pas vrai ?
le pommeau » : Quand même madame Zelle, félicitations pour votre organisation !
moi : oui, oh vous savez, si je fais un blog, c’est aussi pour dans des dizaines d’années – quand mes filles le reliront – tout sera sauvegardé et sécurisé d’ici là – qu’elles puissent être pleinement conscientes de la chance de m’avoir…
le pommeau : Madame Zelle, c’est la fin de l’interview. Merci à vous, c’est certain, vous êtes vraiment une maman formidable.
moi : Oh merci Monsieur le Pommeau…

Rentrée des émotions

Ce matin, à l’affichage devant l’école, pour Princesse Leïla c’était une ‘rentrée cata’.
Tous les ans angoissée la veille à l’idée de connaitre la composition de sa classe, ‘et surtout faites qu’il y ait mes amies‘ ‘et pas ‘untel qui fait que m’embêter’, elle explosait – presque en larmes que ‘c’est pas juste, ce sont toujours les autres qui sont ensemble‘ elle ‘qui est toujours séparée‘ ‘le monde n’est rien sans Louane à coté‘, elle s’est même déclarée prête à aller voir le directeur pour lui en parler et lui demander de la faire migrer…
Après plusieurs minutes au milieu de la cohue du trottoir pour la rassurer, je l’ai donc laissé, tête baissée, faire sa rentrée.
Ce soir je l’ai récupéré, étonnée, toute sereine parce que je ‘n’avais pas vu que dans la liste, mais il y avait Mina et Alix et même Noémie’ qu’elle connaissait d’avant.
Et puis elle s’est assise en classe à coté de Lucille, ouf.
En plus elle a une première mission : choisir entre le cahier de textes et l’agenda.
reOuf.
Quand je pense que j’étais super fière à l’avance de vous raconter que le cartable était prêt depuis 1 semaine, les affaires préparées et même…même que TOUTES les inscriptions aux activités sont déjà réalisées. Depuis juin parfois, même.
Et que donc j’étais devenue super organisée depuis la panique du CP…ça a failli être raté.

Et pour Chipounette ? ‘Comme une lettre à la Poste’.
Elle s’est même endormie à la sieste, comme si elle n’avait jamais quitté l’école…(alors qu’à la maison, pour faire la sieste…hum…)

Jungle Urbaine

Il y a quelques jours, on s’était retrouvées, dans Paris, le temps d’un midi.
Ma princesse était ravie de retrouver un certain pirate, avec lequel elle avait aimé s’amuser.
Las ! Ce jour là était consacré aux combats de sabre version Laser – ceux pour lesquels Dark Vador règne en maitre, et où les petites filles – même un peu grandes mais timides – ne savent pas intervenir.
On a donc récidivé, pour rejouer aux combats de sabre – de bois cette fois – sans concurrence éhontée d’un petit Monstre… c’était hier, dans la jungle urbaine du quartier.
Alors ma Princesse, tu l’as retrouvé ton pirate déguisé ?

Cheveux au vent

Allez allez, plus vite !
On tourne et on profite du ciel encore bleu pour retrouver tous les copains – et copines – du quartier…
Le square est plein de cris, de course et de cheveux au vent.
Quand à ma princesse et sa ‘jumelle’ du cours musical, rien à dire, elles ne pensaient qu’à se retrouver !
…mais sans doute plus pour aller jouer que pour reprendre la gamme…la reprise en main de l’instrument était joyeuse mais loin d’être calme…
Une chose est sûre, j’aime les regarder, ces deux là, sourire et cheveux au vent, pendant que leurs soeurettes partent ensemble de leur coté.
Un week end plein d’enfants et de croisements, pour mon grand plaisir !
coté mamans on parle de la rentrée, des reprises et aussi de Bidouille & Poucette :)
Sur ce dernier sujet, des nouveautés à raconter très bientôt !

Hourra, Joie, cris et hurlements

Ce weekend end nous nous sommes rassemblés.
Non pas dès Potron minet pour faire la queue et visiter l’Élysée.
Non, nous en famille, la grande, celle qui réunit oncles et tantes, cousines et cousines – bref – une cinquantaine pour fêter un cinquantenaire.
Je ne sais pas ce que je retiendrais le plus, du Madison ou d’Ennio Morricone, du palmier géant couvert de choux et de nougatine, du campement géant organisé pour la soirée, ou des enfants qui au milieu des cris et des rires ont commencé par une course endiablée pour se défouler, continué en faisant les pieds au mur et aux arbres, vécu des histoires déchirantes de coup de foudre et de déception amoureuse brutale ou du maquillage au beurre noir de l’oeil de ma princesse depuis hier.
De la joie, des cris et des larmes, j’en ai eu tout mon saoul pour la semaine.
A coté, l’envie d’apercevoir la chemise rose du président m’aurait semblé bien vaine.

‘Bonsoir ma cousine, bonsoir mon cousin germain, on m’a dit que…’

Dans la famille Bidouille & Poucette, il y a surtout des Poucettes.
Les Bidouilles existent bien, mais il faut aller les chercher un peu plus loin, du coté des cousins germains.
Laissez moi vous raconter…

A la faveur d’une récente grande réunion familiale, j’ai assisté à pleins de secrets pas très bien gardés entre mes chipies de filles, leurs cousines et leurs cousins.
Il faut vous dire que ma Princesse ayant rencontré le Prince Jessie cet été, en était un peu chamboulée. De son coté, il avait l’air très intéressé.
C’est simple, quand ils marchaient, ils avaient l’air collés…
Las ! Cette fois, ma princesse était accompagnée de sa cousine préférée…une jolie blonde au yeux bleus encore très bronzée…
De la regarder, les yeux de Jessie en furent tout retournés ! Ces deux là se découvraient, et pour ça abandonnèrent la maisonnée pour aller au fond du jardinet, seuls – oui seuls – pour discuter…
Ma princesse était abandonnée…Comme tristement elle m’expliquait n’avoir aucune chance avec son oeil tout boursouflé...
Heureusement la nuit passée, les cousines se retrouvaient et Jessie se trouvait à son tour bien esseulé…

Il y aura encore bien d’autres histoires à suivre entre ceux là ! Jessie et Noa son cadet jouent mes mannequins le temps d’un instant, entre deux jeux, pour que je puisse vous montrer des modèles Bidouille & Poucette en vrai !
J’ai de la chance, ils sont aussi beaux l’un que l’autre, version yin et yang de brun et blond alterné.

Vous les retrouverez sur www.bidouillepoucette.com mais en version tronqués, parce que sur le site, les stars, ce sont les illustrations imprimées !

Apprendre à lire

Apprendre à lire, le terme est sans doute ambitieux pour des petites et moyennes sections de maternelle.
Mais pour ma chipounette comme pour sa petite voisine, il y a une grande soeur ou un grand frère pour montrer comme c’est bien de lire des histoires tout seul.
Alors quand Leapfrog édite une version junior du stylo lecteur Tag, chez nous, on l’essaye et on l’offre !
Beaucoup plus maniable pour les petites mains, on le pose sur une phrase du livre et il la lit tout seul ! Magique surtout quand le livre parle de Winnie…:)

Et là, on a la surprise de voir arriver le ‘grand’ frère de CP qui s’y met, très concentré…et les petites autour à bien regarder comment il fait !
Un bel instrument, le tag Junior.